Celebrity

Valérie prend les rênes

Chapitre 4 : Mike

Après avoir pris leurs repas mon épouse et sa fille ont mis des bottines de marche et sont parties faire une balade dans la forêt qui jouxte notre jardin.

J’avais juste le temps de faire le ménage, nettoyer les chambres, ramasser le linge sale et faire la lessive avant de commencer à m’occuper du déjeuner. En ramassant le linge de Valérie, je n’ai pu m’empêcher de le porter à mon visage et une nouvelle fois de m’enivrer de ses odeurs. Mon sexe durcissait dans sa cage et cela devenait de plus en plus douloureux.

Ces dames sont rentrées après une balade de près de deux heures, juste avant que la chaleur ne devienne trop gênante mais elles étaient tout de même en pleine transpiration. En les voyant arriver je suis vite parti chercher deux peignoirs de bain pour qu’elles ne restent pas dans des vêtements trempés.

-Mais voilà que mon mari utilise son cerveau à bon escient et prend de l’initiative. Tout espoir ne serait donc pas perdu. Prends nos vêtements et va les mettre dans la machine à laver, tu les repasseras cet après-midi. Tu laisses nos chaussures de marche ici et tu viens nous rejoindre dès que la lessive est en route.

Elles se sont déshabillées entièrement et ont enfilé les peignoirs avant de prendre place dans les transats au bord de la piscine. Cinq minutes plus tard je les ai rejointes.

-Tu vas nettoyer nos chaussures ici. Et pas besoin de matériel, tu fais tout avec tes mains et ta langue.

Alicia avait été chercher son journal et Valérie sa tablette. Elles étaient en mode lecture commentée, échangeaient quelques mots, partageaient des informations, comparaient des analyses sur des sujets d’actualité. Des conversations intelligentes et intéressantes. Moi j’étais à genoux en train de retirer la terre de leurs semelles en la grattant avec mes ongles et puis en léchant tout le contour de la chaussure pour la rendre aussi propre que possible. Un travail de con? Non, le travail d’un mari soumis et heureux de satisfaire aux ordres de son épouse, aussi humiliant que cela puisse être. Un peu plus tard j’ai été libéré pour pouvoir préparer l’apéritif et le déjeuner.

A 12.30 précises Mike est arrivé.

-Bonjour Pierre, ces dames sont au bord de la piscine?

-Oui Maître.

-Tu peux nous servir l’apéritif. Après le repas tu nettoieras ma voiture. Hier nous avons chargé les vélos avec des copains pour aller en forêt et elle est pleine de boue.

-Ce sera fait Maître.

-Comment est cette Valérie? Elle comprend et accepte les relations dans votre couple?

-Oui, sans aucun doute. Et vous verrez qu’elle ne demande pas mieux que de participer.

-Super intéressant tout cela. J’ai hâte de la rencontrer. Je dois passer un maillot?

-Je ne crois pas Maître. Alicia et Mademoiselle Valérie ont simplement pris un peignoir de bain et elles sont nues en-dessous.

-Parfait, je vais faire de même. Tu en as préparé un pour moi?

-Oui, il est plié sur le bord du lit.

-Quand je redescends, tu me suis avec l’apéro : du rosé, des glaçons et quelque chose à grignoter.

-Tout est prêt Maître, j’ouvre la bouteille.

Quand nous sommes arrivés près de la piscine, Alicia s’est levée, peignoir ouvert sur son corps nu et est venue embrasser Mike.

Celui-ci a écarté les pans du peignoir, a regardé le corps d’Alicia, il a mis une main sur sa chatte et une autre sur son sein droit.

-Que tu es belle !

-Hmmm, c’est très gentil et je suis très heureuse que tu sois là car je dois avouer qu’il y a encore plus belle que moi aujourd’hui. Mike, je te présente ma fille Valérie.

Valérie s’est levée, mais en refermant son peignoir. Elle s’est approchée de Mike et l’a embrassé sur les deux joues.

-Très heureuse de vous rencontrer Mike.

-Moi aussi Valérie, Alicia m’a si souvent parlé de vous. Mais, si vous permettez, je voudrais bien vérifier les paroles d’Alicia.

Et sur ce, d’un geste sec il ouvre les deux pans du peignoir et juge le corps de Valérie. Il la regarde longuement et puis lentement, comme pour sentir s’il y avait une résistance, il commencé à abaisser le col et retirer les manches. Sans aucune gêne Valérie l’a aidé à se débarrasser du vêtement et puis elle a fait quelques pas, comme un mannequin pour un défilé de mode, en accentuant même son déhanché pour mettre ses fesses encore plus en valeur. Ensuite elle s’est retournée, est revenue vers Mike et, à son tour, d’un seul geste elle à ouvert le peignoir de Mike. Elle a regardé son sexe qui commençait à grossir.

-Remarquable Mike, je comprends parfaitement Alicia.

-Et en effet elle n’a pas menti, vous êtes magnifique. Vous êtes bien, par la beauté en tous cas, la fille de votre mère. Tu peux servir l’apéro, Pierre.

J’ai rempli les verres et fais le service, puis je me suis reculé de quelques pas pour rester à leur disposition. Mike faisait principalement connaissance avec Valérie, la questionnant sur son travail, sur sa spécialisation à venir, ses projets pour le futur. Ce faisant, il la dévorait gaziantep yabancı escort littéralement des yeux. Valérie avait remis son peignoir mais en le laissant grand ouvert et régulièrement Mike posait son regard sur sa poitrine généreuse, ses tétons durcis et sa chatte avec sa toison soigneusement taillée. A un moment Mike a sorti son paquet de cigarettes et en a allumé une.

-Pierre, où est le cendrier?

-Je l’ai oublié, je suis désolé Maître. Je vais le chercher immédiatement.

-Trop tard, prends position !

Alicia ne fume pas et il m’est déjà arrivé une fois d’oublier de préparer un cendrier pour Mike. Je connais donc la sanction et je me suis agenouillé à ses côtés, la bouche ouverte pour recevoir les cendres. Le cendrier ce serait moi. Quand sa cigarette était presque terminée, il m’a fait tirer la langue et y a écrasé son mégot. Valérie s’est mise à rire quand il m’a dit d’avaler.

-Dis Pierre, tu sers aussi de poubelle?

-Si tu veux ma chérie, a répondu Alicia. Je t’ai déjà dit qu’il n’y avait pas de limites à sa soumission. Enfin presque pas, il ne faut quand même pas le mettre en danger. On est si content de l’avoir à notre service.

A la fin du repas Alicia et Mike ont décidé de faire une sieste. Valérie est allée chercher un bouquin et s’est installée au bord de la piscine. Je suis parti faire la vaisselle et puis nettoyer la voiture Mike. Une heure plus tard la sieste était visiblement terminée car on pouvait entendre les gémissements d’Alicia par la fenêtre laissée grande ouverte. Rien que à entendre ce qui maintenant devenait des cris, je savais que Mike était en train de la prendre par derrière. Alicia a toujours été anale et se faire enculer par le sexe de Mike provoque toujours chez elle une grande jouissance. Je suis certain, parce que je l’ai déjà vue faire, qu’à ce moment elle est en train de caresser son clitoris. Lentement car Mike est capable de la pistonner pendant un bon moment et elle prend plaisir à se faire jouir en même temps que lui.

-Pierre, viens ici, m’a crié Valérie.

-Mademoiselle?

-Viens me prouver que tu es doué avec ta langue, les cris de nos amoureux me rendent dingue…..je suis chaude comme la braise.

Je me suis agenouillé entre ses jambes et tout doucement j’ai commencé à lécher ses grandes lèvres. Ensuite j’ai rentré un peu ma langue dans sa chatte et j’ai commencé à titiller son clito. C’est vrai que Valérie était passablement excitée, elle mouillait beaucoup et me collait de plus en plus son sexe sur le visage. J’aurais bien voulu continuer ainsi pendant longtemps pour lui prouver que j’étais vraiment bon pour faire jouir une femme seulement avec ma langue mais elle n’en pouvait plus d’attendre. Avec une main elle m’a pris par les cheveux pendant qu’avec l’autre elle tordait ses tétons.

-Fais-moi jouir bon dieu. Maintenant.

Alors j’ai commencé à sucer son clitoris tout el la pénétrant avec trois doigts. En moins de deux minutes elle s’est cabrée violemment dans son fauteuil et n’a pas retenu un long cri rauque. Je l’ai laissée aller dans son orgasme et puis je me suis retiré doucement en caressant ses jambes et puis ses pieds avant de l’abandonner complètement.

-C’était bon Pierre mais je ne pouvais pas attendre plus longtemps… j’apprécierai mieux tes talents une prochaine fois.

-Merci mademoiselle.

Mike est redescendu seul une heure plus tard, visiblement Alicia avait besoin d’une sieste supplémentaire. Avant de repartir il a rejoint Valérie et ils ont repris leurs discussions. Tout en faisant le ménage je pouvais les voir et Mike s’était fortement rapproché de Valérie. Il lui caressait le bras, son autre main sur sa cuisse. Elle le laissait faire et puis posa elle-même sa main sur la bosse que son sexe faisait dans son pantalon et commença à la frotter lentement. Quelques instants plus tard le sexe de Mike était à l’air et Valérie a commencé à lui faire une fellation. Elle léchait la hampe et puis l’avalait goulûment. Elle la ressortait de sa bouche, prenait juste le gland et le suçotai avant de prendre de nouveau l’entièreté du sexe dans sa bouche et de ne plus arrêter un profond mouvement de va et vient. Arrivé au bord de l’explosion, Mike s’est dégagé et a balancé son foutre sur le visage et les seins de Valérie. Celle-ci s’est empressée de le ramasser avec ses doigts et d’avaler ce qu’elle pouvait récupérer. Ensuite ils se sont embrassés longuement et Mike est reparti chez lui. Je ne pense pas qu’Alicia se serait offusquée de cela puisqu’elle-même avait dit qu’elle voulait lui prêter Mike. Mais d’après ce que j’ai pu voir, il y avait eu plus qu’un moment de plaisir. Et l’avenir allait prouver que j’avais vu juste.

Chapitre 5 : La situation évolue dans une autre direction

Dans les semaines qui suivirent la situation évolua dans une direction bien différente.

Au début tout était assez stable : Valérie avait commencé sa spécialisation, Alicia contrôlait le ménage, Mike tenait son rôle d’étalon et moi gaziantep genç escort j’étais le parfait esclave du trio. Entre Alicia et moi il n’y avait pour ainsi dire aucun changement. Valérie par contre était devenue beaucoup plus exigeante et dure avec un ton très autoritaire. Si la préparation des repas ne me posait guère de problèmes, cuisiner pour 2 ou 3 cela ne change pas grand-chose, l’addition à mes tâches de faire sa lessive et son repassage, nettoyer sa chambre et sa salle de bain, l’entretien de sa voiture, faire ses courses, …faisait en sorte que parfois je devais négliger certains détails pour m’assurer que l’essentiel était fait. Et cela elle ne l’acceptait pas, elle voulait que tout soit tout le temps parfait. Sans doute une déformation de sa formation d’ingénieure.

-Pierre, tu as changé mes serviettes de bain?

-Pas encore mademoiselle.

-Je prends ma douche maintenant, va les chercher.

-Tout de suite mademoiselle.

Quand j’arrive dans sa salle de bain elle m’oblige à me mettre à genoux et de tenir à bout de bras ses serviettes. Elle se déshabille, mais une fois nue elle ne se rend pas sous la douche. Elle prend son téléphone, s’allonge sur son lit et commence à faire des appels. Au bout d’un quart d’heure, entre deux conversations, je lui demande si je peux déposer les serviettes et retrouver Alicia qui m’attend pour me donner la liste des courses.

-Je n’en ai rien à faire de la liste des courses de ma mère et tu n’avais qu’à terminer ton boulot convenablement. Même pas capable de se souvenir qu’il faut changer les serviettes de bain. T’es une petite bite, une larve et en plus tu deviens con. C’est pas vrai?

-Si mademoiselle

-Alors répète-le

-Je ne suis qu’une petite bite, une larve et je deviens con.

-Reste à genoux et viens ici.

Arrivé à sa hauteur elle m’asséna une série de paires de gifles, de plus en plus fortes, ma tête était vraiment secouée, et puis me cracha au visage.

-Rampe et entre dans la douche, sale larve.

Une fois arrivé, elle me rejoint et commence à me pisser dessus, terminant de se soulager en visant à propos les serviettes que je tenais toujours dans mes mains.

-Ramène-moi d’autres serviettes et bouge ton cul car si je dois t’attendre je mets tes fesses en sang.

Plus tard dans la soirée, alors qu’elles terminaient de dîner et que je faisais la vaisselle, j’ai entendu une partie de leur conversation.

-Dis Valérie tu y vas un peu fort avec Pierre, tiens compte qu’il a pas mal travail en plus.

-Tu déconnes ou quoi? Il n’a qu’à bouger son cul. Moi je trouve que tu deviens trop facile avec lui. Si c’est une larve soumise, il faut le traiter comme telle.

-Mmmmh, peut-être… je voulais aussi te dire pour Mike ..

-Quoi Mike? Cela te dérange que je baise avec lui, qu’il passe parfois en semaine quand je n’ai pas cours et qu’on s’envoie en l’air? Tant pis pour toi. J’aime sa grosse bite et lui adore visiblement une jeune chatte et un petit cul bien ferme, ce qui n’est plus le cas pour toi.

-M’enfin Valérie, tu entends comme tu me parle …

-Et alors? Il est temps que tu voies les choses en face. Et si tu ne me crois pas tu n’as qu’à en parler avec Mike. Tu devrais être heureuse que j’accepte qu’il passe encore un peu de temps avec toi. D’ailleurs à partir de maintenant, tu devras me demande l’autorisation pour pouvoir coucher avec lui. Et en fonction de ton attitude, je verrai. Si lui il a envie de se torcher dans tes vieux trous, c’est comme il veut. Mais je lui demanderai d’envoyer plutôt ses copains.

-Valérie je ne te permets pas…

A ce moment j’ai entendu ce qui était certainement une paire de gifles. Aussi fortes que celles que j’avais reçues en fin de journée.

-Tu ne m’interdis rien du tout. Puisque tu deviens faible, je vais te mettre à ta place. Et excuse-toi immédiatement !

– Ecoute Valérie…

Et deux autres paires de gifles qui volent…. A ce moment je m’étais approché de la porte vers le salon et je pouvais voir la scène.

– Mets-toi à genoux et excuse-toi bordel !

Alicia s’est agenouillée et en pleurs a dû bredouiller des excuses que je n’ai pas pu comprendre.

-Lève-toi, baisse ta jupe.

Valérie a alors passé une main dans le string d’Alicia.

-Vieille salope tu mouilles ! J’en étais sûre. Tu aimes humilier Pierre mais cela te fait mouiller quand je te donne une correction. Cela t’excite de prendre des coups? Tu vas être servie …

-Non Valérie, je t’en prie…

-Dis-moi que tu en veux encore.

-Je t’en supplie..

-Dis-le moi ou bien tu ne verras plus jamais la bite de Mike.

-Oui j’aime les coups et cela me fait jouir. Punis-moi encore mais ne me prive pas de Mike.

-Ce sera sa décision. Maintenant à poil !

Bien vite, toujours en larmes, Alicia s’est retrouvée nue aux pieds de sa fille. La honte remplissait son visage et son corps. Elle pleurait, elle tremblait, elle se rendait compte qu’elle avait mis les gaziantep gerçek resimli escort pieds dans un engrenage très dangereux. Valérie a alors commencé à frapper les seins d’Alicia, des gifles et des coups de poings.

-Je vais éclater tes mamelles, et puis les étirer. On va te mettre de gros anneaux et tes tétons vont pendre jusqu’à ton nombril.

-Oui Valérie, oui s’il te plaît..

En disant cela Valérie continuait de frotter le clito de sa mère qui bien vite ne put s’empêcher de jouir dans un long râle de plaisir et de honte mélangés.

Valérie avait ainsi mis à jour le côté maso et refoulé de sa mère. Une nouvelle hiérarchie s’était mise en place : Valérie à la tête, sa mère à ses ordres et moi esclave des deux. Il ne restait plus qu’à voir quelle place Mike allait prendre. Valérie avait bien entendu informé Mike de la situation et j’avais pu entendre une partie d’un appel que Valérie avait passé en laissant le haut-parleur ouvert.

« -Et donc malgré les coups elle a joui comme une folle.

-Tu sais que cela ne m’étonne qu’à moitié. J’avais déjà remarqué que plus je la prenais violemment, et plus elle jouissait. Et si je lui donnais quelques claques sur ses fesses, elle partait encore plus vite. Mais je ne pensais pas que cela pouvait aller aussi loin.

-Une vraie maso je te dis.

-Très intéressant, je vais organiser quelque chose pour samedi. »

Les jours suivant de nombreuses discussions en privé ou au téléphone entre les 3 protagonistes eurent encore lieu. Et à voir la tête d’Alicia, ce n’était pas à son avantage. Résultat des courses, je prenais tout dans la gueule. Je me faisais engueuler par Alicia qui passait ses frustrations sur mon dos et par Valérie qui tous les jours voulait asseoir son autorité et pour cela prenait un malin plaisir à contredire les ordres que sa mère me donnait. Alicia voulait que j’aille faire les courses, Valérie m’envoyait nettoyer le garage ; je devais faire le ménage, on m’envoyait faire les courses ; prêt pour tondre la pelouse, j’étais renvoyé à la cuisine. Heureusement que 3 jours par semaine Valérie avait ses cours, au moins la journée était plus calme. Mais c’est à ce moment qu’Alicia se rattrapait et m’en faisait voir de toutes les couleurs. Je n’ai jamais pris autant de coups de cravache qu’à cette époque. Enfin, la samedi suivant, Mike, qui avait suivi toutes ces péripéties à distance mais sans en perdre une miette grâce aux appels téléphoniques et aux emails, est venu remettre de l’ordre. Il n’est pas arrivé seul, il était accompagné de deux grands blacks, des hommes superbes.

-Bon, il me semble qu’il est temps de clarifier la situation ici. Alicia tu vas partir jusque samedi prochain avec John et Louis. Il semble qu’il soit nécessaire pour toi de montrer ta vraie personnalité et ces messieurs vont t’aider à le faire. Ils te ramèneront ici vendredi prochain et on verra ce que l’on fait de toi. Pierre, tu vas lui chercher un jeans, un pull et sa trousse de toilette, tu as deux minutes.

-Mais Mike je ne vois pas …

-Silence Alicia ! C’est moi qui décide. Mais que ceci soit déjà clair pour toi : pendant le reste de son séjour ici c’est Valérie qui sera dans mes bras et dans mon lit. Elle a raison, j’ai envie d’une jeune fleur avec moi. Et puisque toi tu as besoin d’être dressée, tu vas être servie. Et à partir de maintenant, tu m’appelleras aussi « Maître » et ce sera « Maîtresse » pour Valérie. Ok les gars vous pouvez l’embarquer, vous avez vos consignes et vous savez me joindre si nécessaire.

Pour toi Pierre, les choses sont simples : ta nouvelle maîtresse c’est Valérie et moi je reste ton maître. Tu continues à obéir et à exécuter les ordres. Mais je te préviens que nous allons être beaucoup plus exigeants et les punitions extrêmement sévères. Et on va tout de suite commencer à repartir sur de bonnes bases, va chercher les cannes et le fouet, il a trop longtemps qu’on ne s’en est pas servi. Et déshabille-toi. Je veux que tu sois à poil du soir au matin sauf si on te donne l’autorisation de t’habiller.

Quand je suis revenu avec de quoi me punir, Mike avait été chercher la corde pour m’attacher. Il m’a lié les chevilles et puis les poignets avant de m’accrocher à la poutre de l’auvent qui couvre une partie de la terrasse. Alors il a demandé à Valérie de lui passer son slip, il me l’a mis dans la bouche et fixé avec de l’auto-collant brun comme on utilise pour fermer des caisses.

-Les voisins sont loin mais on ne sait jamais.

Ceci n’était pas pour me rassurer. J’ai très rarement été battu par Alicia, et si c’était suffisant pour me faire mal, cela n’a pas provoqué des cris qui auraient pu déranger qui que ce soit. La seule fois où j’ai été bâillonné c’est parce qu’elle avait voulu qu’une dominatrice professionnelle me punisse pour que je comprenne les limites à ne pas dépasser, le bâillon avait été bien nécessaire.

-Valérie tu commences avec les cannes, quinze coups avec la plus souple et puis quinze avec une plus raide. Vise bien ses fesses.

Si les deux premiers coups m’ont surpris, ils n’étaient pas trop appuyés. Mais Valérie a vite eu le tour de main et les autres coups ont commencé à me faire mal et je ne pouvais m’empêcher de gémir. Après la première série de quinze elle a fait une pause et, déjà en transpiration, en a profité pour enlever son chemisier et son soutien. Elle est venue se planter devant moi et m’a mis sa magnifique poitrine sous les yeux.

Bir yanıt yazın

E-posta adresiniz yayınlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir