Brunette

23 ans, étudiant, je donne des cours particuliers à un lycéen dont la mère, une bourgeoise élégante et frustrée par un mari qui ne s’en occupe plus, est séduite par une aventure. Elle se révèle très vite comme une femme pleine d’envies que j’ai du plaisir à combler et à entrainer hors limite.

A la fin du 1er épisode, elle me remet une enveloppe avec le message suivant :

« Demain samedi je suis libre pour toi, rejoins moi à cette adresse…,

c’est une surprise je t ‘expliquerai.»

L’adresse indique un immeuble moderne en centre ville. Sur le visiophone, aucun nom, juste des numéros d’appartement. Je sonne au numéro qu’elle m’a indiqué.

Je découvre un appartement meublé avec gout de 3 pièces, avec une chambre équipée d’un king size et de miroirs aux murs et au plafond.

– Cet appartement, me dit elle, appartient à une amie qui l’a meublé pour profiter de ses amants. Elle est divorcée et n’a plus besoin de cette garçonnière. Elle m’a proposée de nous le prêter. Et ce n’est pas tout!! Depuis dimanche soir, mon mari trouve que je suis beaucoup plus joyeuse et décontractée. Il m’a demandé comment s’était passé mon week-end. Je lui ai répondu « très bien » avec un petit sourire. Et je vois bien qu’il se pose beaucoup de questions. Alors hier soir, devant son indifférence à table, je n’ai pas pu résister. Je lui ai annoncé avec un grand sourire qu’il était cocu, que j’étais enfin heureuse sexuellement avec un homme plus jeune que moi qui « me baisait bien ».

Je m’attendais à ce qu’il réagisse violemment. Même pas! Il m’a juste demandé ce que je comptais faire. Je lui ai dit que je n’avais pas l’intention de divorcer et que je continuerai à être une bonne mère mais que je serai un peu plus absente et qu’il allait devoir s’y faire. Il m’a juste demandé si il te connaissait. Je me fiche totalement ce que penseront les bourgeoises coincées de la bonne société. J’ai l’intention d’en profiter à fond.

Hélène est déchainée. Je n’ai pas le temps de la féliciter, qu’elle me pousse dans un fauteuil, se met à genoux entre mes jambes et dégrafe mon pantalon pour engloutir ma queue et me pomper.

Je ne résiste pas à lui baisser le haut de sa robe pour sortir ses seins de son soutien gorge.

Ses tétons sont déjà tendus et je sais comment l’exciter encore plus, si il le faut.

J’attrape ses deux noisettes et je les roule entre mes doigts avant de me pencher pour les aspirer et les mordiller

Hélène se met à geindre. Elle n’a qu’une idée c’est de venir s’empaler sur ma queue mais je lui bloque la tête pour l’obliger à continuer de me pomper.

Sans lui demander son avis, c’est elle qui doit gaziantep rus escort s’asseoir sur le fauteuil. Sans culotte, j’écarte ses cuisses pour les placer sur les accoudoirs. Moi aussi, j’ai envie de déguster son jus qui suinte de sa chatte. J’enfile deux doigts entre ses lèvres gorgées de sang et j’aspire son bouton sorti de sa cachette. C’est un flot de mouille épaisse et blanchâtre qui sort, que je lèche et bois. J’aime son goût épicé quand elle est à ce point excitée.

J’attends ses premiers cris de jouissance avant de mouiller ma queue dans ce jus et de forcer son œillet. Elle hurle sous les coups de boutoir, une vraie furie.

– Tu devrais aller chez ton esthéticienne pour enlever les quelques poils qui entourent ta fente et ton œillet, J’aimerais voir ta chatte imberbe comme une gamine. Tu as même le droit de te laisser aller à quelques confidences avec elle.

Le samedi suivant quand j’arrive à l’appartement, Hélène me surprend une nouvelle fois. Elle porte une robe courte et sexy, qui ne laisse aucun doute sur son absence de soutien gorge. En m’embrassant, je passe ma main entre ses cuisses, pour découvrir l’absence des string et une vulve lisse et douce.

– Tu es superbe! J’ai envie de profiter de toi sans attendre

– Et j’ai d’autres surprises pour toi, me dit elle.

Assise sur mes genoux dans un fauteuil, Hélène me raconte son rendez vous chez son esthéticienne.

– J’ai vu dans ses yeux son étonnement quand je suis arrivée dans son salon. Quand j’ai pris mon rendez vous par téléphone, je lui avais dit que je venais pour une épilation intégrale. Elle m’avait fait répéter la demande, je crois qu’elle avait cru à une erreur de ma part. J’y suis allée avec une robe aussi courte que celle d’aujourd’hui et nue dessous.

Quand elle m’a fait entrer dans la cabine, elle m’a dit qu’elle me laissait me déshabiller, comme elle le fait d’habitude. Je lui ai répondu qu’elle pouvait rester, que ce serait vite fait. J’ai ouvert la fermeture éclair dans le dos et j’ai laissé la robe tomber à terre.

En riant, je lui ai dit qu’elle devrait voir sa tête dans un miroir.

– Je comprends que vous soyez surprise, j’ai un amant plus jeune que moi. Avec lui, j’ai décidé de profiter de la vie. C’est pour lui que je veux une épilation intégrale.

– Vous êtes très belle et très sexy. J’ai toujours trouvé dommage que vous soyez aussi réservée quand vous veniez me voir. Vous étiez bien comme il faut, mais triste, très triste. Alors qu’aujourd’hui, vous semblez heureuse, sans complexe, et comblée.

– Triste oui, mais surtout frustrée comme gaziantep swinger escort une bonne bourgeoise que son mari ne touche plus. Avec mon jeune amant c’est l’inverse, à chacune de nos rencontres, j’explose.

J’ai aimé quand elle s’est occupée de moi, continue Hélène., Surtout quand elle m’a demandée de me mettre à 4 pattes, cambrée, et fesses écartées pour m’épiler autour de mon petit trou. Cette exhibition m’a fait mouiller.

J’espérais qu’elle tenterait quelque chose, si elle aime les femmes, mais rien.

C’est quand je me suis remise sur le dos et qu’elle m’a massée tout autour de la fente avec une crème apaisante qu’elle a vue que j’étais très excitée. Elle a pris un mouchoir pour me tamponner les nymphes, je coulais.

– Vous êtes très réceptive. C’est à cause de mes caresses avec la crème?

– En disant cela, elle a commencée à me caresser sur la fente et chercher mon clitoris pour jouer avec. Et elle s’est arrêtée après quelques secondes.

– C’est difficile de rester frustrée? Je laisse votre amant en profiter le 1er. Si vous aimez ressentir de nouvelles sensations, avec cette nudité intégrale vous allez être surprise, elles vont être décuplées. Vous n’avez jamais eu de relation intime avec une femme?

– Je lui ai répondu « jamais, seulement dans mes rêves ». En discutant avant de partir, elle m’a parlé de deux adresses, un excellent restaurant, très intime, connu pour être fréquenté le soir, par des couples illégitimes et des couples libertins. Une de mes amies me l’a aussi conseillé. La deuxième adresse c’est un club libertin sélect. Pour y accéder la 1ère fois, il faut être recommandé et elle m’a proposée de m’aider.

Nous allons diner dans ce restaurant situé dans un village à une dizaine de kilomètres. Aucun signe extérieur ne laisse supposer que ce restaurant est différent sauf qu’il est situé au bout d’une petite route et qu’il faut vraiment connaître l’adresse pour y arriver. A notre arrivée, quelques voitures sur le parking situé derrière le restaurant et invisibles depuis la route. Une très belle salle avec une ambiance intime, et des tables suffisamment espacées pour que les occupants puissent diner en toute discrétion.

A l’entrée, nous remarquons une 2ème salle avec un bar et des tabourets hauts, ainsi qu’une piste de danse.

Hélène porte une robe qui moule ses formes ayant oublié de mettre string et soutien gorge, perchée sur des hauts talons qui font balancer à chaque pas, ses fesses et sa poitrine. Quelques têtes se tournent discrètement vers elle quand nous gagnons notre table.

Le diner est excellent gaziantep travesti escort et les autres convives sont discrets même si aux tables que nous pouvons apercevoir, un couple de femmes amantes et un trio composé d’un homme et deux femmes semblent très proches.

Après le diner, nous rejoignons le bar comme une majorité des convives. Je propose à Hélène de s’asseoir au bar sur les tabourets hauts. En s’asseyant, la robe est remontée autant que possible et les convives bien placés ne peuvent ignorer son absence de string Elle me regarde avec un sourire exprimant son plaisir de s’exhiber. En passant sa main sur mon entre jambes, la bosse formée l’amuse beaucoup.

– Tu vas tenir combien de temps avant de me sauter dessus? me demande Hélène.

– Et toi? En testant discrètement l’humidité de sa fente, surtout qu’elle ouvre ses cuisses pour faciliter l’entrée de mes doigts entre ses lèvres.

Je l’entraîne sur la piste pour danser, une main sur ses fesses pour appuyer mon sexe tendu sur sa fente.

– Tu as vu, qu’il n’y a pas que les hommes qui te regardent, plusieurs femmes aussi. Si une femme vient t’inviter à danser et qu’elle te plait, tu accepteras? J’aimerai bien te voir danser et même embrasser ou te laisser embrasser par une femme.

– Oui, je te l’ai dit, ça m’est arrivé mais en rêve, me répond Hélène sans savoir que cela va se réaliser dans quelques minutes.

Une femme très sexy s’approche de nous avec un grand sourire. Hélène semble ravie et lui répond par son plus grand sourire, avant de me dire à l’oreille que c’est son esthéticienne, Leila.

– Bonjour Hélène, je me doutais que nous risquions de nous rencontrer ce soir.

Leila l’entraine sur la piste de danse, mon sourire l’encourageant.

Les deux femmes aussi sexy l’une que l’autre attirent tous les regards surtout qu’Hélène laisse les mains de Leila s’aventurer sur ses fesses et entre ses jambes avant qu’elle décide de l’embrasser et de forcer ses lèvres avec sa langue. Leila n’est pas en reste pour y répondre et la caresser discrètement sous sa robe et apprécier sa fente lisse et trempée.

Revenues au bar, Leila me dit qu’ici il est impossible d’aller plus loin dans ce restaurant et nous demande si nous serions tentés d’aller samedi prochain dans le club libertin avec elle.

– Eric, me dit elle, tu ne vois pas d’inconvénient à ce que je joue avec Hélène

samedi prochain? Depuis longtemps, en bourgeoise elle m’excitait, mais je savais que je risquais seulement de perdre une cliente. Maintenant que tu lui as révélée sa vraie nature, elle m’excite encore plus et J’en ai envie d’en profiter.

– Quand tu m’as appliquée la crème après l’épilation, j’espérais que tu ailles plus loin qu’une simple caresse, lui dit Hélène.

– J’ai bien vu, je me suis retenue en me disant que j’aurai d’autres occasions. Pourquoi crois tu que je t’ai donnée cette adresse et parlé du club libertin?

– Avec plaisir, Leila, j’ai hâte de vous regarder avant de profiter d’elle à mon tour.

Bir yanıt yazın

E-posta adresiniz yayınlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir