Gangbang

La fessée.

La soirée s’annonce toride. STÉPHANIE est habillée d’une courte robe noire qui moule son magnifique corps. Elle est superbe. Elle porte la chaîne en argent autour du cou, la clef cachée entre le creux de ses délicieux seins, libres. Elle n’a pas de soutien-gorge. Elle est très belle, très sexy.

Elle a choisi mes vêtements, une chemise, un pantalon et une veste légère. Il n’y a pas de caleçon. Je lui fais remarquer, elle me répond que je n’en ai pas besoin. Devant le miroir je vois très bien ma cage, elle se devine aisément, le tube courbé et le cadenas sont très visibles. Le pantalon est assez fin, la chemise est courte, la veste couvre à peine mon entre jambe. Je suis sur que tout le monde peut la voir.

STÉPHANIE me rassure avec un gros câlin, me complimente sur mon corps de rêve. Ma queue réagit à la caresse, je sens la pression de la cage. Elle tente de se tendre. La douleur me fait grimacer, mon Épouse me regarde, elle continue ses caresses.

_S_ On ne voit rien, en plus ce pantalon met en valeur ton beau petit cul, puis pour découvrir ta cage il faut regarder de tout prêt ou te toucher. Allez soit tranquille, personne ne va voir ton petit jouet, les gens s’en foute de ta bite.

_J_ Je ne suis vraiment pas très à l’aise mon Amour, j’ai peur que quelqu’un aperçoive ma cage, que vont-ils penser de moi?

_S_ Ne t’inquiète pas mon Chéri, j’ai la clef avec moi, si tu es trop gêné, tu pourras l’enlever. Mais je dois te dire que je suis très très excitée. Je te trouve tellement sexy avec ta bite encagée. Tu sais, savoir que tu ne peux bander que pour moi, ça m’excite d’une force! Je suis tellement mouillée, je suis trempe. Regarde.

Dans un déhanché d’une sensualité si féminine, si toride, elle descend son petit string. Il tombe à ses pieds, entre ses jambes.

_S_ Tu veux bien m’aider s’il te plaît mon juju.

_J_ Oui, bien sur mon Amour.

Je m’agenouille lentement devant elle, nous ne nous quittons pas des yeux. Son regard brille d’une nouvelle lumière. C’est la première fois quelle me regarde comme ça. Son regard est incandescent. Il émane d’elle, à ce moment la, une puissance divine. C’est une Déesse.

Mon cœur bat la chamade, elle est belle, je l’aime. Son regard est intense, je ne peux le soutenir, je baisse les yeux. Je reconnais implicitement sa domination, sans aucune parole, je me soumets à son pouvoir. Cela est si naturel. Mes phantasmes sont devenus réels. Elle ne joue pas, elle n’essaie pas de me faire plaisir, elle semble vraiment heureuse de montrer son autorité.

Sa culotte est coincée sous un talon, je la prends délicatement entre les mains. Elle ne bouge pas. Je lève les yeux, à son regard je comprends qu’elle n’est pas satisfaite. J’embrasse sa chaussure, elle lève alors son pied de quelques centimètres, je fais la même chose pour l’autre pieds. Je libère son string, il est en effet très humide, son parfum me submerge. C’est vraiment un aphrodisiaque exceptionnel, ma queue va exploser, je ressens la douleur de l’érection empêchée mais je n’ai pas mal. L’instant est juste sublime.

Je plonge mon visage dans sa culotte, je la prends avec ma bouche, je relève la tête son string entre les lèvres. Un grand sourire de satisfaction éclaire son visage.

_S_ Tu es si beau mon Julien, je suis absolument conquise par ta nouvelle attitude. Je t’aime.

_J_ Moooaaaa aussiiiii moooonnn Aaaamooouuur, jeeee t’aiiimmmeeee.

_S_ Merci juju. Relève toi mon Chéri, je vois que tu aimes toujours autant ma saveur, ce soir tu pourras te régaler directement à la source. Je ne sais pas pourquoi mais je commence à beaucoup apprécier ton nouveau statut.

_J_ Merci mon Amour, ton nectar est divin. Merci.

_S_ Tu vois juju, tu porte ton petit jouet moi je n’ai pas de culotte, on est à égalité. Ce soir on est très coquin tout les deux. Tu as même plus d’habits que moi. D’ailleurs, c’est plus joli, comme ça sans marque sous ma robe. Tu ne trouves pas?

_J_ Si, si, mon Amour, tu es vraiment magnifique. Cette robe te va très bien.

_S_ Je t’aime mon juju.

_J_ Moi aussi je t’aime STÉPHANIE.

Est-ce que elle réalise que je suis tendu dans ma prison comme jamais. Je suis super excité, elle n’a pas de culotte, on sort en ville. Il faudrait être aveugle pour ne pas remarquer qu’elle ne porte que sa robe et rien d’autre. Sur le moments, j’ai juste envie de lui arracher sa robe pour la prendre sauvagement en levrette. Je suis sur que beaucoup d’hommes vont avoir les même envies. Je ne ressens pas pourtant de jalousie, elle fait tout pour m’exciter, je suis sur qu’

elle va en exciter plus d’un.

Main dans la main on se regarde dans le miroir de l’entrée. Nous sommes beaux tous les deux, je suis avec la plus belle femme de l’univers, je suis si fier, si content d’être son mari, mais en même temps, j’ai du mal à me détendre, je me sens étrange, c’est la première fois que je vais rencontrer d’autres personnes avec une cage de chasteté sous mes habits. Devant la glace, je vois escort haberleri très bien la cage qui fait une bosse et l’on voit le pourtour du cadenas très clairement.

Pourtant on part en ville malgré mes inquiétudes, j’essaie de ne pas les montrer, STÉPHANIE est tellement heureuse, si sexy, je ne veux pas la contrarier. Elle est enjouée, durant tout le trajet elle parle de son travail qui va évoluer. Des opportunités qui vont arriver. Pas une seule fois elle a évoqué ma cage. Elle pose plusieurs fois sa main sur ma cuisse, comme d’habitude, mais là c’est différent. Ses caresses m’électrise, mon sexe grandit. Elle ne montre aucune réaction, je suis sur qu’elle a vu mon pantalon se tendre à chaque fois. La voiture garée, nous marchons quelques minutes, je sens à chaque pas le plastique frotter entre mes cuisses.

C’est un restaurant que je ne connais pas. La table réservée au nom de STÉPHANIE, est dans un coin discret de la salle.

La serveuse qui nous accueille est charmante, elle me détaille de la tête au pieds, un petit sourire se dessine sur son visage quand elle me regarde puis se tourne vers mon Épouse, elle ne va s’adresser qu’à elle toute la soirée. J’ai l’impression de ne pas exister. La serveuse complimente mon Epouse sur sa tenue, elle trouve même sa chaîne charmante avec ce curieux pendentif, qui pend librement à son cou.

_S_ C’est la clef de la…des plaisirs de mon amour.

Je ne sais plus où me mettre, je suis paralysé. La serveuse semble amusée, elle nous donne le menu, nous souhaite une bonne soirée et s’éloigne discrètement. Je n’ai pas osé la regarder. STÉPHANIE s’aperçoit de mon malaise.

_S_ Mon juju, je suis désolée, je n’ai pas vu que la clef était visible. Je comprends, tu n’es pas encore prêt à assumer. C’est tout nouveau pour toi. je suis désolée que tu sois un peu gêné, un peu à l’étroit. Tu es trop mignon quand tu fais cette tête. Je suis si fière d’être ta femme. Toi aussi tu dois être fiert, tu n’as pas à avoir honte. Bien au contraire, ta petite cage est une preuve extraordinaire de ton amour pour moi. Je t’aime.

_J_ Moi aussi mon Amour je t’aime, mais n’est pas facile de…

_S_ Tiens la serveuse reviens, ne t’inquiète pas, elle ne sait pas que tu portes une cage de chasteté. Tu veux lui dire où tu préfères que je lui dise?

_J_ S’il te plaît STÉPHANIE, non, c’est trop gênant.

_S_ Mon juju, rassure toi je ne vais rien lui dire, mais en même temps je suis sûre que tu es tout excité, au fond de toi, tu aimerais qu’elle le sache.

_J_ Merci, de ne rien dire, et oui, c’est vrai tu as raison, l’idée m’excite beaucoup.

_S_ C’est pour ça que je t’aime mon juju.

La serveuse semble ravie de nous servir, STÉPHANIE à confirmé que j’étais son ”juju”, elle s’appelle MARGOT, c’est une charmante jeune femme blonde d’une vingtaine d’années. Elle plaisante toutes les deux, elles ne parlent qu’entre elles, je suis exclu des débats. Mon Épouse choisit le menu pour nous deux sur les conseils de MARGOT. Je ne rêve pas, la serveuse drague ouvertement mon Épouse devant moi. Leurs échanges sont très troublants, ce ne sont qu’allusions équivoques et sous-entendu très sexualisés. La serveuse sait maintenant que ni mon Épouse ni moi ne portons de sous-vêtement. Elle a même invité STÉPHANIE à la rejoindre plus tard.

C’est surréaliste, est-ce que c’est ma cage qui sexualise tout? Je ne débande plus depuis que l’on est parti de la maison.

Le service est assez rapide, heureusement les plats et les vins sont délicieux. J’arrive enfin à me détendre. STÉPHANIE devient de plus en plus coquine. Nous sommes dans une petite alcôve, notre intimité est préservée, les autres clients sont loins. Elle me parle sans détour, elle apprécie beaucoup l’évolution de notre relation. Elle joue nonchalamment avec la clef tout en me parlant.

_S_ Juju, notre complicité devient plus grande de jour en jour. Ses dernières semaines, j’ai appris plus de choses sur toi que durant les sept années passées ensemble. Je te dois te faire des excuses.

_J_ Pourquoi veux-tu t’excuser mon Amour?

_S_ Julien, quand tu m’a parlé les premières fois de tes désirs de soumission, j’ai trouvé ça nul. Tu te souviens que je t’ai toujours dit que je ne veux pas d’un pas d’un homme faible. Je veux, j’ai besoin d’un homme fort, viril, qui prend des décisions, quelqu’un sur lequel je puisse m’appuyer, quelqu’un qui me soutienne. Je ne veux pas d’une carpette.

_J_ Mais je ne suis pas faible, je ne suis pas une lopette.

_S_ Je sais Julien. Tu es mon mec idéal, tu es très beau physiquement, tu es intelligent, ton humour me fait craquer. Tu as tout ce qu’il faut ou il faut, tu es un homme fort, et en plus tu es blindé de thunes.

je Je suis tombé amoureuse de toi, au premier regard. Oui tu le sais je t’aime depuis le lycée.

_J_ Moi aussi je t’aime STÉPHANIE, tu es la plus belle femme du monde, tu es parfaite.

_S_ Merci Julien, mais je te demande pardon, escort hikayeleri je ne t’ai pas fait confiance.

_J_ Mon Amour, ce n’était pas le moment, nous n’étions pas prêts tous les deux.

_S_ Julien, tu es toujours positif, je t’aime aussi pour ça. Mais je dois admettre que tu avais raison. Même avec un cage de chasteté, tu n’as rien perdu de ta force, tu es un homme puissant qui impose le respect, je vois le regard des autres, tu es toujours le mâle Alpha. Les femmes te désire et les autres hommes ont peur que tu leur pique leur femme.

_J_ Tu exagère mon Amour.

_S_ Non, pas du tout. Toi tu ne fais jamais attention à l’effet que tu provoques chez lez autres. Tu n’as même pas vu le regard de désir de la fille au bar et l’altitude possessive de son mec quand on est rentré dans le restaurant.

_J_ STÉPHANIE, tu me connais, tu sais que je m’en fou. J’ai toujours été dragué par plein de femmes et même des hommes, je ne suis pas intéressé. Tu es la seule.

_S_ Tu vas un peu vite, tu oublies tes collègues.

_J_ Ça n’a rien avoir avec les sentiments que j’ai pour toi, je t’aime.

La serveuse passe plusieurs fois nous voir, mon Épouse continue de parler de notre intimité alors que la serveuse est toute proche. Elle fait exprès d’utiliser des mots, comme Obéissance, chasteté, contrôle, soumis, pouvoir, femme dominante …. j’ai l’impression que la serveuse connaît tout de nôtre intimité, de notre mode de vie. Elle doit savoir que je porte une cage de chasteté, que je suis un mâle soumis. Elle a forcément entendue. Je deviens paranoïaque. C’est très troublant d’être excité par la situation. Mon sexe est de plus en plus à l’étroit. En plus mon Épouse m’allume comme jamais. Jusqu’à me demander l’impensable.

_S_ juju, tu serais un amour si tu venais me lécher, j’ai trop envie de jouir. Je n’ai pas de culotte, je vais tremper la chaise. Passe sous la table, la nape touche le sol. Tu es seras caché. S’il te plaît mon juju d’amour.

_P_ Là, maintenant, mais il y a du monde tout autour.

_S_ Ils sont loin, personne ne nous regarde, allez s’il te plaît, je suis au bord de l’orgasme. J’ai vraiment envie de ta langue magique.

_ J_ Mais comment fait on avec la serveuse, elle vient souvent.

_S_ Ne t’inquiète pas, j’en fais mon affaire. Allez, vas y, passe vite sous la table mon juju.

STÉPHANIE sait être persuasive, en même temps j’en ai très envie de lécher sa délicieuse chatte, depuis qu’elle a enlevé sa culotte. Ni une ni deux, je me faufile sous la table. Il fait sombre, ses jambes sont écartées en grand, elle a retroussé sa robe. J’ai un accès direct à son sexe. Son excitation est grande, elle sent le sexe, elle ruisselle. J’embrasse ses cuisses délicatement, j’approche ma bouche de sa chatte baveuse. Je lèche le bas de ses grandes lèvres, je remonte lentement la langue, j’effleure du bout de ma langue son clitoris. Elle tremble à ma caresse. Je la connais, je sais qu’elle est proche de l’orgasme. Je prends mon temps, je lèche ses grandes lèvres, enfonce ma langue au fond de son sexe, je bois son nectar. Descend plus bas, son petit trou s’ouvre sous ma langue. Je veux retarder au maximum sa jouissance, elle a avancé ses fesses au bord de la chaise, son petit trou sombre frémit,il avale mon doigts. Je remonte ma langue bien a plat, je la lape de bas en haut comme un chien. Son clitoris est très sensible, elle contracte tout son corps quand je passe ma langue. A un moment mon Épouse appuie sur ma tête, la voix de notre serveuse me ramène à la réalité. J’ai oublié que lèche mon Épouse dans un restaurant.

_M_ Le beau gosse n’est plus là, il est parti?

_S_ Non non, mon mari est toujours là, il est juste un peu occupé. Il voulait un dessert supplémentaire.

_M_ Quelque chose ne va pas Madame?

_S_ Tout est parfait, merci beaucoup,

La soirée est parfaite, le repaaas est très très booonnn. Mon mariii me permet de finiiiir d’une façooon parfaite notre délicieux repaaaaaas.

__ Oh!!! Bien, très bien, je vois, je vous laisse apprécier votre dessert, je vous apporte les cafés plus tard.

_S_ Ouiiiii, merciiiii.

J’ai fait exprès, dès l’arrivée de la serveuse, de m’occuper de son clitoris. Des légers mais rapides effleurements du bout de la langue, rendent la discussion difficile avec la serveuse. Mon pouce enfoncé dans sa chatte en même temps que mon majeur dans son cul, associés aux aspirations de mes lèvres sur son clito l’emmène inexorablement vers l’orgasme. Elle serre les jambes, appuie fortement sur ma tête, elle m’écrase le visage sur sa chatte.

_S_ Julien c’est trop bon, ne t’arrête pas, ouiiiiiii, continuuuuu, ouiiiiiiiiiiiii.

Sa jouissance éclatante ruisselle directement dans ma bouche. Je ne touche plus à son clito, j’avale son divin nectar. Quelques minutes plus tard, au moment ou je sors de dessous la table, le visage luisant du plaisir de mon Épouse, la serveuse dépose les cafés. Elle a le visage rieur, elle ne escort ilanları semble pas du tout gênée ou perturbée. Elle regarde STÉPHANIE.

_M_ Avez-vous apprécié votre dessert?

_S_ Oh, oui beaucoup, comme tout le repas, merci beaucoup.

_M_ Merci à vous, la cliente est reine. Prenez votre temps, vous êtes les derniers clients.

En payant la note, la serveuse complimente encore mon Epouse pour sa beauté et me félicite pour mon attitude très respectueuse et dévouée. Je ne sais que répondre, c’est STÉPHANIE qui lui répond.

_S_ Merci beaucoup, mon petit juju est un homme très avenant et très obéissant, c’est un mari parfait.

_M_ Vous avez beaucoup de chance, j’aurais aimé être à sa place. Je suis sûre que votre pendentif y est pour quelque chose.

_S_ Merci, c’est vrai que c’est un petit jouet magique.

_M_ Bonne fin de soirée STÉPHANIE, à toi aussi juju, tu as bien de la chance.

_J_ Merci beaucoup Madame, bonne continuation. Au revoir.

Je suis abasourdi, la serveuse m’a vu sortir de dessous la table, elle sait pour la clef, elle a même félicité mon Épouse. Le restaurant est une étape supplémentaire de mon évolution, ma soumission s’accentue, la domination de mon Épouse s’affirme.

STÉPHANIE est heureuse, elle est fière de moi. Elle adore voir son beau mec “fidèle” à son bras. La balade en ville est un délice, on est un couple amoureux. Elle m’explique que la serveuse savait depuis le départ qui l’on était, c’est la fille d’une amie de PATRICIA, elle sait que je suis enfermé dans une cage de chasteté, elle sait pour le cuniligus, elle lui a même donné son numéro de téléphone.

Je réalise que je suis manipulé sans scrupules. Est-elle au courant pour l’entrepôt? Je suis surpris mais quand même très fier du plaisir que j’ai donné à mon Épouse. Je suis sur qu’elles ont prévu encore beaucoup de choses pour moi. C’est curieux mais, ne pas savoir ce qui va m’arriver m’excite encore plus.

Notre promenade se poursuit, ma libido est exacerbée, ma queue est très à l’étroit dans sa prison de plastique.

On parle de tout et de rien main dans la main. je ne sais pas si elle le fait exprès, mais STÉPHANIE ne parle plus de ma cage de chasteté, plus aucune allusion à ma soumission. Par contre, elle prend plusieurs fois la chaîne et la clef dans ses mains, joue avec, me regarde dans les yeux, me caresse avec une sensualité toride. Elle parle de tout sauf de l’utilité réelle de cet objet. La clef de ma cage trône comme un trophée à même sa peau entre ses seins. Je n’en parle pas non plus. Étrangement, la marche, à un effet sur mon érection. Je ne bande plus, j’oublie même que je porte ma cage de chasteté, elle ne me gêne plus quand je marche, mais j’angoisse toujours un peu quand on croise des gens. J’ai l’impression que tout le monde voit que je porte une cage de chasteté.

On se promène sans réel but, puis, elle décide d’aller prendre un verre dans son bar préféré. Elle est très heureuse, joyeuse, elle rayonne, tous les regards sont sur elle quand on pénétre dans le bar, je passe presque inaperçu. Elle salut beaucoup de connaissance, rigole, s’amuse, plusieurs hommes lui offre à boire, elle est dans son élément. Curieusement, je suis excité de la voir si belle, entourée et courtisée par autant de hommes. J’ai vu des caresses rapides, des effleurements, des mains posées sur ses hanches, sur le haut de ses fesses. Ils ont voulu vérifier, c’est sur, ils savent maintenant qu’elle n’a pas de culotte.

Elle est radieuse. Elle me présente à beaucoup de personnes comme étant son mari, son juju d’amour.

J’ai des craintes que quelqu’un aperçoive ma cage mais en même temps l’idée de partager mon secret m’excite.

STÉPHANIE me fait remarquer discrètement que personne n’est au courant pour ma cage, mais que tout le monde a vu la clef à son coup. Ma queue à cette évocation se tend instantanément.

_S_ Tu bande juju?

_J_ Oui mon Amour, enfin mon sexe essaie désespérément de prendre de l’ampleur. Mais je te rappelle que tu n’as pas de culotte mon Amour.

_S_ Et alors?

_J_ Tu as quand même senti les mains sur toi? Certains ne se sont pas gêné.

_S_ Et alors?

_J_ Alors rien, c’est juste que je suis…

_S_ Tu es quoi?

_J_ Euh!! Je suis troublé. Te voir allumer tous ces gens, leurs regards, ça m’excite.

_S_ Tu bandes?

_J_ Oui! Très très fort.

_S_ Tant mieux, celles qui regardent ton entrejambe vont voir ta grosse bosse, elles vont être jalouses. Tu sais que tu es beau Julien, très désirable, trop baisable, j’ai très envie de toi maintenant.

STÉPHANIE m’a dit tout ça en se frottant à moi comme une chatte en chaleur. Plusieurs personnes nous ont regardé nous embrasser, nous enlacer. J’ai vu des regards d’envie, tant féminins que masculin. Ma queue est à son maximum, c’est une délicieuse torture.

_S_ Tu as pu voir plusieurs personnes me toucher le dos, les hanches, les fesses, ils ont vérifié que je n’ai pas de culotte. J’adore faire bander tous ses mecs. Je pourrais me faire baiser par toutes les bites dures qu’il y a ici, sauf la tienne. Oups!! Je me sens si salope mon juju. Tu me donnes des ailes.

_J_ Tu es tellement sexy, si belle, tu veux t’amuser ce soir?

_S_ Mon chéri, merci, si tu savais comme j’ai envie d’une grosse bite au fond de ma chatte et de mon cul.

Bir yanıt yazın

E-posta adresiniz yayınlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir