Ass

Deuxième et dernière partie

Miranda était terrorisée en se rendant compte qu’elle n’avait aucune échappatoire. Si elle tentait de rejoindre l’orée de la forêt, elle se ferait abattre bien avant d’y arriver. La seule solution était de ne pas bouger mais Dieu sait ce qu’ils allaient faire d’elle une fois entre leurs mains.

Sa nudité n’allait pas arranger les choses et malgré le soleil qui lui brûlait la peau, elle choisit de rester sur place en se disant qu’elle ne devait surtout pas parler de ses deux amis.

Maousse et Burd étaient partis en exploration pour rechercher la source de la rivière qui passait près de leur grotte. Ils étaient sûrement loin de se douter du drame qui se déroulait près de sa capsule de survie.

La navette tourna encore un peu autour d’elle avant de se poser. Ils prenaient leur temps, sachant pertinemment que la femme nue qu’ils avaient en visuel était à leur merci.

Lorsque l’engin fut enfin sur le sol, à une dizaine de mètres d’elle, une porte s’ouvrit sur le côté et deux hommes armés en descendirent. Ils étaient vêtus de treillis très légers étudiés spécialement pour les planètes très chaudes.

La jeune femme sentait ses jambes se dérober sous elle et elle dût faire un effort important pour ne pas tomber. Lentement, elle leva les bras au ciel pour montrer qu’elle n’était pas dangereuse. De toute façon sa nudité n’en faisait pas une adversaire bien redoutable mais elle ne voulait pas qu’ils tirent sur elle sans raison.

Les pirates avancèrent lentement, prenant leurs temps tout en se délectant de la vision qu’ils avaient devant eux. La jeune femme était magnifique et lorsqu’ils furent en face d’elle, ils lui demandèrent, tout en gardant les canons de leurs armes dirigés sur son ventre.

– C’est toi qui étais dans cette capsule

– Heu… oui

– Il y a d’autres personnes avec toi sur cette planète

– Non, je suis seule. J’ai atterri ici trois ans après le crash de mon vaisseau. Tous les autres membres d’équipage ont péri.

Depuis que toute la galaxie avait opté pour une langue unique, le franglais, tout était devenu plus simple, que ce soit dans le commerce ou dans l’exode sur les planètes lointaines. Miranda ne fut donc pas étonnée de comprendre les pirates même si exceptionnellement elle aurait préféré le contraire.

L’homme qui venait de parler la regarda attentivement avant de lui demander de baisser les bras pour les mettre dans le dos.

En voyant la femme depuis le ciel, il avait dû anticiper car il sortit de sa grande poche de pantalon des liens magnétiques afin de la menotter.

Docile, Miranda ne fit aucun geste lorsque le pirate passa derrière elle pour lui attacher ses deux poignets ensemble. Elle savait que sa seule chance de survie était de rester calme et de ne pas se rebeller. Elle tressaillit mais se laissa faire lorsque la main de l’homme vint se poser sur une de ses fesses, la palpant en toute impunité.

– Et tu es à poil depuis que tu t’es posée?

– Heu… oui. Avec la chaleur je ne supportais plus mes vêtements.

L’homme rigola en se disant qu’ils avaient de la chance de posséder des tenues ayant une fonction rafraîchissante.

– Je crois que le capitaine va être content de notre trouvaille.

– Il va se la garder juste pour lui, lui répondit l’autre. Elle est canon et je me la ferais bien avant.

Celui qui avait mis les liens à Miranda hésita. Il avait peur de son chef et ne voulait pas qu’ils se mettent en rogne s’il apprenait qu’ils avaient baisé leur captive. Et pourtant le corps nu de la jeune femme l’excitait énormément et la proposition de son copain était tentante.

– Ok… on l’emmène à l’arrière de la navette.

Lorsque l’homme la poussa en direction de l’engin, Miranda ne résista pas. Elle savait que sa vie était en jeu mais il y avait aussi autre chose qu’elle n’arrivait pas à s’expliquer. Lorsque le pirate avait parlé de l’emmener pour la baiser, elle n’avait pas été choquée comme si la drogue était toujours présente en elle.

Elle avait découvert le sexe récemment depuis que son corps avait été libéré du traitement qui avait muselé sa libido durant des années. Maintenant, elle n’avait plus peur de ce qu’il pouvait lui faire comme si un verrou avait sauté.

Elle ne réagit pas lorsqu’elle fut poussée dans le dos un peu plus fortement au moment où elle passait la porte de la navette. Ses bras attachés dans le dos ne lui permirent pas de garder l’équilibre et elle tomba lourdement sur le sol de l’engin.

Elle ne se fit pas trop mal mais en entendant les hommes rigoler elle comprit vraiment dans quelle galère elle se trouvait. La prenant par un bras, elle fut relevée sans aucune précaution et emmenée vers le fond de l’engin où se trouvait une couchette sûrement prévue pour les voyages un peu plus longs. Elle ne résista pas lorsqu’elle fut allongée sur le ventre et maintenue fermement.

– Je vais enlever tes liens, à la moindre tentative de fuite, je te tue, est-ce bien clair?

– Oui.

La jeune femme avait peur tout en étant excitée. De se vip gaziantep escort retrouver à la merci de ces deux hommes lui procurait une sensation étrange, presque jouissive même si elle ne voulait pas mourir.

Lorsqu’ils lui libérèrent ses poignets, elle ne fit aucun mouvement pour bien leur montrer sa docilité et elle se laissa positionner sur le dos sans se rebeller. Tout son corps tremblait et elle en ignorait la raison véritable, ne se reconnaissant plus. Elle savait qu’elle était tombée entre les mains des pires bandits de toute la galaxie et elle s’étonnait de ne pas être plus paniquée que ça.

Lorsque les deux hommes se déshabillèrent, elle constata qu’ils ne prenaient aucun traitement en apercevant les membres bien raides qui ne demandaient qu’à la pénétrer. Pour le plus grand étonnement de celui qui lui avait enlevé ses liens, elle écarta les cuisses comme pour l’inviter à venir se servir.

Si elle voulait rester en vie, elle devait être obéissante même si là elle dépassait le stade de la résignation.

– Il paraît que toutes les femmes sur les vaisseaux terriens sont vierges, on va voir ça tout de suite.

Miranda, pour ne pas trahir la présence de ses amis, répondit.

– Pas sur mon vaisseau où on ne prenait aucun traitement contre la libido. Mon capitaine ne voulait pas de drogues à bord.

Les deux pirates furent surpris, pensant qu’ils étaient des exceptions. La jeune femme, en voyant l’incrédulité sur leurs regards poursuivit.

– J’étais là pour les satisfaire.

– Aucune Terrienne n’accepterait ça.

Miranda comprit qu’elle devait faire très attention à ce qu’elle leur disait.

– C’est que je ne suis pas une Terrienne, je viens de Mira 4

Elle avait cité la seule colonie lointaine qu’elle connaissait vu qu’il s’agissait de la destination du Crotal avant qu’il ne soit percuté par la météorite

– J’en ai entendu parler, c’est le trou du cul de l’univers.

– Oui, et comme je ne voulais pas passer le restant de ma vie là-bas j’ai accepté la proposition du capitaine pour pouvoir voyager et quitter la colonie.

– Et en contrepartie tu faisais la pute c’est ça?

– Oui

– Putain, on est tombé sur un phénomène et je comprends mieux pourquoi elle est si accueillante, dit l’un des hommes en rigolant.

Elle ne bougea pas le moindre muscle lorsque l’homme vint s’allonger sur elle. Elle venait de leur faire croire qu’à bord du Crotal elle donnait du plaisir à tout l’équipage et si elle ne continuait pas dans cette lignée, elle risquait très gros.

Miranda, malgré son stress, ne put s’empêcher de pousser un petit cri de plaisir lorsque le membre s’enfonça en elle. Depuis qu’elle avait goûté à la mangue bleue et qu’elle avait été se baigner dans le petit étang comportant les mêmes enzymes, son corps était devenu très réceptif et malgré l’horreur de la situation, elle adora sentir le sexe pénétrer son intimité.

Le pirate ne devait pas violer des femmes si souvent que cela et apprécia énormément ce corps magnifique. Il se mit à la prendre lentement, la faisant gémir à chaque coup de rein. Il n’eut plus aucun doute la concernant, persuadé avoir affaire à une prostituée d’une colonie lointaine.

Son copain trouvait le temps long, voulant lui aussi baiser cette pute. Il comprenait mieux pourquoi le capitaine du Crotal l’avait embarqué à son bord et pourquoi il interdisait le traitement de la libido. Quand on a la chance d’avoir une aussi jolie salope dans son équipage, on en profite au maximum.

– Dépêches-toi de la baiser, j’attends.

L’homme qui besognait la jeune femme ne répondit pas, trop bien installé dans la chatte frémissante de leur belle prisonnière. Il n’avait pas l’intention d’aller plus vite, voulant prolonger ce moment le plus longtemps possible.

Lorsqu’elle serait entre les mains du capitaine Nolan, il y avait peu de chances qu’ils en profitent souvent car même s’il la donnait en pâture à l’équipage, ils étaient bien trop nombreux pour qu’il puisse de nouveau l’avoir juste pour eux.

Miranda finit par décrocher, prenant elle aussi un plaisir incroyable. De sa baignade dans l’étang vert, il devait rester quelques résidus dans son organisme pour qu’elle appréciât autant ce moment. Dans son état normal, elle aurait dû être écœurée voire même traumatisée alors que là elle aimait ça.

Lorsque le pirate explosa de plaisir, crachant dans son ventre sa semence, elle ne s’en rendit pas vraiment compte. Juste avant que les flots de spermes inondent l’intérieur de sa vulve, elle avait été emportée par un orgasme violent.

Elle ne réalisa le changement de partenaire que lorsque ce dernier la pénétra d’un coup violent. Le deuxième homme avait attendu tellement longtemps et était tellement impatient qu’il la prit de façon presque bestiale.

Il donna des grands coups de reins pour se soulager rapidement, aimant trop les textures des chairs qu’elle offrait à sa queue. L’homme ne fut absolument pas gêné par le sperme déjà présent dans la chatte, gaziantep vip escort bayan ne voulant que se vider les couilles.

Ce fut beaucoup plus rapide que son prédécesseur mais tout aussi intense. La jeune femme eut un nouvel orgasme et poussa des cris de jouissance pour le plus grand plaisir des deux hommes.

Lorsqu’ils eurent pris tous les deux leurs pieds, le premier parut hésiter.

– On devrait se débarrasser de cette pute je ne sais pas comment va réagir Nolan s’il apprend qu’on la baisait

– Tu veux la tuer?

– Oui, on jette ensuite son corps dans le désert et demain il aura complètement disparu.

Miranda paniqua en entendant les mots de l’homme. En se faisant passer pour une prostituée, elle pensait que cela était une bonne idée mais elle s’était trompée.

– Vous ne pouvez pas me faire ça, je vous promets que je ne dirais rien.

– Comment pourrait-on te faire confiance.

Miranda réfléchit quelques secondes avant de dire.

– Pour moi, c’est la seule façon de quitter cette planète. Si je ne dis rien, votre capitaine me prendra peut-être dans son équipage. Et je vous promets que je ferais tout pour que vous puissiez profiter de mon corps le plus souvent possible.

Les deux hommes se regardèrent et celui qui l’avait pris en dernier finit par conclure

– Elle a tout à gagner à fermer sa gueule et je pense qu’on peut lui faire confiance.

– C’est que…

– Et on pourra peut-être encore en profiter dans le vaisseau. Bousiller un corps pareil et le jeter en pâture aux bêtes du désert, je trouve que c’est du gâchis.

Son copain finit par être lui aussi convaincu et ils décidèrent de l’emmener au vaisseau pour le plus grand soulagement de la jeune femme. Elle savait que sa vie était toujours en danger mais, qu’au moins, elle ne finirait pas bouffée par des créatures du sable et cela la rassurait.

Elle se laissa faire lorsqu’ils la relevèrent de la couchette pour lui remettre les liens magnétiques, lui attachant ses poignets dans le dos.

Ils la firent asseoir sur le troisième siège du poste de pilotage et décollèrent rapidement. Miranda eut un pincement au cœur lorsque, après avoir survolé sa capsule de survie, ils la firent exploser en envoyant un missile.

– Il ne faudrait pas que ta balise de détresse avertisse d’autres vaisseaux.

Ils tournèrent un peu autour, la regardant brûler avant de prendre la direction du nord. Miranda savait qu’elle risquait ne plus revoir ses amis mais elle préférait se sacrifier plutôt que de leur faire courir le moindre risque.

La navette, durant son trajet, garda la forêt en visuel et il fallut vingt minutes de vol pour arriver à destination. En restant en atmosphère, l’engin était limité en vitesse mais pour la jeune femme, le temps passa bien trop vite car elle savait ce qui l’attendait là-bas.

Le capitaine Nolan était sûrement le pirate le plus connu de toute la galaxie et son vaisseau, le Mélorus, était redouté par tous les navigants. Miranda savait qu’en tombant sur deux membres de son équipage, elle avait eu une malchance incroyable mais essayait de ne pas y penser.

Lorsque au loin le vaisseau apparut, la jeune femme eut du mal à réaliser ce qu’elle voyait. Il était au moins trois fois plus grand que le Crotal et sa forme profilée laissait deviner une puissance et une rapidité hors du commun.

Contrairement à tous les vaisseaux de cette taille qui restaient toujours dans l’espace, il était posé sur le sable, pas trop loin de la forêt. Lorsque la navette fut plus proche, la jeune femme put se rendre compte de l’activité intensive qui régnait autour du Mélorus.

Des véhicules sur coussin d’air faisaient des allers et retours entre les bois et les soutes du vaisseau tandis que des hommes s’activaient sur le sable.

C’est alors qu’elle remarqua la couleur bleue qui se dégageait des caisses et elle comprit alors qu’ils chargeaient des mangues dans le vaisseau.

En voyant le regard de la jeune femme, un des pirates lui dit.

– La plus belle trouvaille du capitaine. Une fois travaillée, c’est une drogue que tout le monde nous arrache et on a plus besoin d’attaquer des transports.

– Moi j’aime quand on se fait une petite attaque dans l’espace car au moins il y a toujours quelques femmes à violer dans les équipages capturés. Avec ces fruits les gars ont les couilles pleines et je peux te dire que tu vas être la bienvenue et que tu vas faire des tas d’heureux.

Miranda préféra ne pas répondre, réalisant seulement maintenant qu’elle était encore plus dans la merde que ce qu’elle s’était imaginée. La navette ne se posa pas trop loin du gros vaisseau et lorsque les deux hommes ouvrir le sas pour la faire sortir en premier, elle ne passa pas inaperçue. Les pirates qui étaient à proximité cessèrent de travailler pour regarder, étonnés, cette jolie femme nue qui précédait leurs copains.

Les mains entravées dans le dos faisaient ressortir son adorable poitrine et en voyant tous les pirates gaziantep vip escort à proximité de leur navette la regarder avec envie, elle sentit une certaine excitation l’envahir.

– Ou vous l’avez trouvée demanda un homme qui portait une caisse remplie de mangues.

– Son vaisseau a explosé et sa capsule s’est posée sur cette planète

– Et qu’est-ce qu’elle fout à poil.

– C’est une prostituée venant de Mira 4. Le capitaine est où?

– Il est dans la soute 4 du vaisseau en train de contrôler le chargement. Vous n’avez qu’à me laisser la pute pendant que vous le chercher.

D’autres pirates se trouvant à proximité avaient abandonné leurs taches pour se rapprocher. Les deux hommes qui avaient emmené la jeune femme étaient plutôt fiers d’eux et ce fut sous les regards envieux et certains commentaires scabreux concernant Miranda qu’ils se dirigèrent vers la soute ouverte dont la porte basculante servait également de rampe d’accès.

Le capitaine Nolan était en pleine discussion avec un de ses hommes, demandant combien de caisse de mangues il pouvait encore caser. Le chef des pirates devait avoir une cinquantaine d’années et une force tranquille se dégageait de lui. Une cicatrice lui zébrait la joue droite et son regard vert clair donnait froid dans le dos.

– Je vous ai envoyé pour découvrir d’où venait ce signal de détresse et vous me ramenez une femme à poil!

– C’est sa capsule qui envoyait l’appel et elle était seule. C’est une pute d’une colonie éloignée qui était à bord d’un vaisseau qui a explosé.

Nolan la regarda attentivement avant de dire.

– Une pute? Pour des mecs qui ne bandent plus depuis des années

– Non, à bord de son vaisseau, leur capitaine avait refusé le traitement contre la libido et elle avait été spécialement enrôlée pour les satisfaire.

Le chef des pirates s’était avancé pour se retrouver juste en face de la jeune femme. Lorsqu’il lui saisit un sein, elle essaya de ne pas bouger comme si cela était normal. Elle savait que sa vie allait se jouer dans les minutes à venir et essaya de ne pas montrer sa peur.

Le fait qu’elle soit également excitée par ce qui se passait n’était pas normal et lorsque l’homme se mit à lui masser son globe de chair, elle le regarda droit dans les yeux.

– Donne moi une seule raison qui ferait que je ne te tue pas, demanda-t-il

– Je suis une pute et ton équipage n’a pas de femmes pour se soulager.

Nolan parut surpris par sa réponse qui était soit courageuse soit inconsciente.

– J’ai 75 hommes d’équipage et tu te proposes d’être leur défouloir.

Miranda savait que sa réponse allait être capitale et tout en continuant à regarder l’homme qui n’avait toujours pas lâché son sein, elle lui répondit.

– C’est ce que je fais de mieux.

Le pirate fixa la jeune femme avant de lui dire d’une voix sèche.

– Généralement, lorsqu’un prisonnier me regarde droit dans les yeux, je le fais immédiatement exécuter, mais toi, je vais peut-être attendre un peu.

Miranda baissa immédiatement son regard pour ne pas avoir l’air de le provoquer. L’homme était trop dangereux pour s’amuser à l’énerver.

– Je vais voir si tu mérites de te faire baiser par mes hommes. Suces-moi.

– Hein, maintenant?

Miranda n’eut pas le temps de comprendre ce qui lui arrivait tant la gifle fut rapide. Malgré la douleur elle essaya de ne pas pleurer, comprenant qu’avec leur chef, il valait mieux qu’elle obéisse sans poser de questions.

S’agenouillant devant l’homme, elle lui ouvrit son pantalon pour en sortir un membre dont l’odeur forte ne donnait pas envie. En se rendant compte qu’il bandait déjà, elle fut fière en se rendant compte qu’elle lui faisait de l’effet et même s’il avait un sexe moins gros que celui de Maousse, il était tout de même bien fourni.

Elle n’avait jusqu’à ce jour effectué qu’une seule fellation et c’était avec ami, mais là, il fallait qu’elle se surpasse si elle voulait rester en vie.

Les hommes présents avaient fait un arc de cercle autour de leur chef pour regarder comment se débrouillait leur prisonnière. La jeune femme ne réfléchit pas et malgré la propreté douteuse du sexe du capitaine, elle le prit dans sa bouche en essayant d’en oublier l’odeur.

Ne sachant trop comment s’y prendre, elle commença des va-et-vient très lents en le pressant entre sa langue et son palais, ce qui eut l’air de plaire à l’homme. Pourtant, ce dernier finit par lui saisir la tête pour lui donner un rythme plus soutenu.

Miranda, ne voulant pas déplaire, ne résista pas et conserva la vitesse que le pirate lui imposait.

Elle crut s’étouffer lorsqu’il voulut lui faire une gorge profonde mais heureusement pour elle, il n’insista pas, trouvant du plaisir malgré tout.

Lorsqu’il éjacula dans sa bouche, elle faillit tousser lorsque les jets giclèrent sur sa luette mais après un gros effort elle put se contrôler. Elle déglutit pour avaler le sperme abondant puis comprima le gland pour en extraire jusqu’à la dernière goutte.

Ce n’était pas très bon mais elle devait tout faire pour montrer qu’elle aimait ça et ne pas s’attirer les foudres de l’homme.

Ce fut lui qui la repoussa pour libérer son sexe et, s’adressant aux deux hommes qui avaient capturé la fille, il leur ordonna.

– Emmenez-la dans la cabine du vieux Ducky, cette pute me fait trop bander et surtout ne la quittez pas des yeux, je finis ici et j’arrive.

Bir yanıt yazın

E-posta adresiniz yayınlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir